Mes lasagnes végétariennes

J’adore les lasagnes et j’adore revisiter ce classique de la cuisine italienne. Avec ou sans béchamels (j’ai d’ailleurs une très chouette recette de béchamel végan que je pourrais vous donner à l’occasion), poivrons, tomates, aubergines, courgettes, herbes aromatiques, parmesan, mozzarella, feta, faux-fromage (qui sont souvent meilleurs fondus que crus d’ailleurs)…. Il y a mille et une sortes de sortir des classiques lasagnes mais pour autant, elles font toujours l’unanimité !

Aujourd’hui, j’ai tenté une recette plus légère, sans béchamel et cuisinée avec les légumes du marché.

 

Pour les préparer, il vous faut :

  • 1/2 aubergine
  • 1 courgette
  • 1/2 gros oignon rouge
  • quelques tomates cerises
  • des pâtes à lasagne
  • 250 grammes de mozzarella
  • 900 grammes de tomates biologiques en conserve (je prends une sauce avec des gros morceaux de tomates à l’intérieur) ou pour les courageux, 1 kilo de tomates fraîches pour faire la sauce tomate
  • thym et basilic frais
  • sel et poivre
  • huile d’olive

 

Dans un premier temps, je commence par préparer les légumes. Je taille en dès la courgette, l’aubergine et l’oignon rouge puis les faire revenir dans de l’huile d’olive dans une poêle à couvert pour qu’ils deviennent fondants. J’y ajoute un peu d’eau pour ne pas qu’ils accrochent, du thym frais, du sel et du poivre puis, je les laisse cuire à feu doux.

Dans une petite casserole, je fais chauffer la sauce tomate avec une cuillère à café de sucre non raffiné pour supprimer l’acidité des tomates en conserve, du sel, du poivre, du thym frais et du basilic ciselé.

Une fois que tout est cuit, je dispose une couche de pâte dans le fond d’un plat, une couche de sauce tomate, une couche de légume, une couche de pâte, une couche de sauce tomate, la moitié de la mozzarella en tranche puis la fin des légumes, une autre couche de pâte, la fin de la sauce tomate, l’autre moitié de la mozzarella coupée en tranche, les tomates cerises coupées en deux sur le dessus et un peu de basilic ciselé. J’enfourne pour une bonne demi-heure dans un four à 180°C. À la sortie du four, j’ajoute un peu de basilic frais. C’est prêt !

 

Pour mieux comprendre...

Le gluten se trouve dans de nombreuses céréales comme le blé, le seigle, l’orge et d’autres. On le retrouve donc dans de nombreux aliments tels que les pâtes, le pain, les pâtisseries, les pizzas, soupes et plats industrielles…

Le gluten est un peu la dernière bête noire dont on entend parler à tout bout de champ. Pourtant, en soi, le gluten n’est pas mauvais.

Cependant, de nombreuses personnes ressentent des difficultés à digéré cette protéine, une sensibilité à ne pas confondre avec l’intolérance, une maladie qui touche en France ½ million de personnes.

Une consommation régulière de gluten chez les personnes sensibles à celui-ci peut entrainer des maux de ventre, des ballonnements ou encore de la fatigue. Réduire sa consommation peut donc devenir une bonne solution dans ce type de cas en remplaçant les farines de céréales contenant cette protéine par des farines de coco, de châtaigne, de mais… Ou encore en replaçant la céréale brute par du riz, du millet ou encore du quinoa.

No Comments

Post A Comment